• DELL et le boycott d’Israël

    14 mars 2010

    Le fabricant d’ordinateurs Dell a lancé une enquête internet après qu’un travailleur du centre d’appels ait déclaré à un client “notre société boycott Israël. Nous ne pouvons vous aider.”

    L’histoire commence quand une jeune kibboutznik de 18 ans appela le service clientèle. Il souhaite acheter une chargeur d’ordinateur portable et demande à ce qu’il soit envoyé chez lui, en Israël. L’homme, au bout du fil (service client basé en Angleterre) lui répond que “rien ne sera envoyé dans l’Etat Juif en raison de la politique de boycott de la compagnie DELL”.

    Pris de stupeur, le client s’est d’abord demandé s’il s’agissait là d’une véritable politique commerciale ou d’un geste d’un abruti sans diplôme n’ayant rien à perdre. Il apparaîtrait que la deuxième solution soit la bonne. Un porte-parole de la société a déclaré hier qu’un examen interne de l’incident avait commencé et a tenu à “rassurer les clients DELL que tous les produits peuvent êtres acheminés en Israël.

    La cliente raconte:  «J’ai parlé à quelqu’un qui m’a dit “attendez, je vais voir avec mon supérieur”. Après quelques minutes il est revenu et m’a affirmé “nous ne traitons pas avec votre pays. J’ai demandé s’il agissait d’un boycott il m’a répondu “oui, c’est un boycott officiel de notre compagnie sur l’Etat Juif.”

    L’ironie veut qu’immédiatement après l’appel, la cliente à reçue par email un sondage de “satisfaction clientèle” par email. Elle a donc retranscrit la discussion et prévenu de poursuites en justice.

    Le porte-parole de DELL, James Gibb s’est donc prêté au jeu e la conférence de presse: “Nous voulons faire des excuses à la clientèle pour les désagréments causés. Les produits Dell sont disponibles à l’achat en Israël et il n’y a aucune sanction de la sorte pour Israël. Nous sommes en train d’examiner cette affaire à l’interne avec notre équipe de service client pour comprendre le fondement de la confusion».

    Au mois de novembre 2009, Shaher Saeed, le secrétaire général de la Fédération générale des syndicats de Palestine (PGFTU), a déclaré que son organisation n’approuvait pas la politique de boycott anti-israël: “le boycott fait plus de mal aux palestiniens qu’aux israéliens” avait-il dit. Malheureusement pour lui et les palestiniens, les antisémites d’Europe préfèrent “casser du juif” que de “soutenir de l’arabe”! Preuve en est… (JSS News)

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :